Mines immenses, à ciel ouvert, pas loin de chez nous !

Pouvez-vous deviner la surface de ces mines à ciel ouvert qui ne se trouvent pas très loin de chez nous ?

Réponse : pas moins de 35 km2 !
C’est près 7 km sur 5 km.
Et elles vont encore s’agrandir au fur et à mesure des années.

Et leur profondeur ? Jusqu’à 300 m !

Ces mines se trouvent à Hambach, dans la Rhur, en Allemagne, entre Aix-la-Chapelle et Cologne.

Ce sont des mines de lignite.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hambach_(mine)

En voici des extraits.

La mine de Hambach est une mine de lignite à ciel ouvert située entre Niederzier et Elsdorf, enRhénanie du Nord-Westphalie (Allemagne). Elle est exploitée par RWE Power, une filiale de RWE. Ouverte en 1978, la mine a actuellement une superficie de 33,89 km ² et doit, à terme, atteindre 85 km ². C’est la mine à ciel ouvert la plus profonde par rapport au niveau de la mer : le fond de la fosse est en dessous du niveau de la mer (293 m).

Elle est riche en sulfure (danger pluies acides), mais celle de la Rhénanie en est pauvre.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lignite

Le lignite est une roche sédimentaire composée de restes fossiles de plantes (vient de Lignine). C’est une roche intermédiaire entre la tourbe et la houille.

Le lignite étant par ailleurs riche en sulfure, il cause des pollutions responsables de pluies acides.

Le lignite est un combustible fossile non renouvelable qui, lors de sa combustion et ce au même titre que le pétrole ou le gaz naturel d’extraction, rejette du dioxyde de carbone. La teneur en soufre du lignite dépend fortement de l’origine du gisement. Il existe des gisements relativement pauvres en soufre, le gisement rhénan en fait partie.

Et l’Allemagne en est le 1er producteur mondiale !

L’Allemagne est en 2011 le premier producteur mondial (16,5 % de la production mondiale) dont 89 % est brûlé pour produire de l’électricité, assurant 25 % de la production électrique allemande. Les autres grands pays producteurs sont la Chine (12,7 %), la Russie (7,3 %), la Turquie (6,5 %), les États-Unis (6,3 %) et l’Australie (6,1 %)5.

En Allemagne, le groupe RWE-RHEINBRAUN, filiale du holding RWE, en extrait environ 100 millions de tonnes par an dans trois mines à ciel ouvert dans la Rhénanie-du-Nord-Westphalie(entre CologneAix-la-Chapelle et Mönchengladbach). Ces mines sont celles de Hambach I, Inden I et II et Garzweiler I, qu’il est prévu d’exploiter jusque vers 2050, malgré leur contribution à l’émission de gaz à effet de serre. Les pelleteuses descendent jusqu’à 450 mètres de profondeur dans des excavations de plusieurs kilomètres de large. Les engins avancent en creusant d’un côté et en comblant de l’autre, ce qui explique que la mine se déplace dans le pays.

Jetez un coup d’oeil à ce très beau reportage qui allie l’industrie à l’art (de la photographie aérienne) sur ce beau et intéressant site de Parafly.be.

Révolution des cellules souches

Ce scientifique japonais a révolutionné la connaissance de nos cellules par son immense et fondamentale découverte !

Pour ses fructueux travaux, Shinya Yamanaka a reçu en 2012 le prix Nobel de médecine.

Je vous résume le principe de base des cellules souches en 3 étapes.

1. Cellule souche spécialisée

Nos cellules se regénèrent régulièrement.
Par exemple celles de la peau, grâce aux cellules qui se trouvent dans les couches inférieures de la peau.
On les appelle des cellules souches spécialisées de la peau.

De même que nos cellules sanguines sont renouvelées régulièrement par des cellules souches spécialisées du sang.

Donc en prélevant ces cellules souches spécialisées, en les cultivant, puis en les replaçant dans le contexte de la peau, ces cellules vont tout simplement reformer la peau !

 2. Cellule souche embryonnaire

Et les chercheurs se sont posés la question de savoir s’il existait des cellules non spécialisées, qui pourraient générer n’importe quelle cellule spécialisée de notre corps.

La réponse est OUI et a été découverte par le scientifique anglais Martin Evans, qui a en reçu le prix Nobel de médecine en 2007.

Nous sommes tous issus d’un embryon, constitué de cellules spécifiques à partir desquelles tous nos organes vont se développer, donc à partir desquelles toutes nos cellules vont être produites.

On les appelle des cellules souches embryonnaires.

Donc en prélevant ces cellules souches embryonnaires, en les cultivant, puis en les replaçant dans le contexte de la peau, ces cellules vont tout simplement reformer la peau !

 3. Cellule souche pluripotente induite

Mais quand on commence à manipuler l’embryon, cela pose directement des problèmes éthiques !

De plus, le processus de transformation de cellules souches embryonnaires vers des cellules souches spécialisées semblaient naturellement unidirectionnel.

Et les chercheurs se sont posés la nouvelle question de savoir s’il était possible d’aller dans l’autre sens : à partir d’une cellule spécialisée de la peau, retrouver (regénérer) des cellules souches embryonnaires !

La réponse est OUI et a été découverte par le scientifique japonais Shinya Yamanaka, qui a en reçu aussi le prix Nobel de médecine en 2012 (voir ci-dessus).

On les appelle des cellules souches pluripotentes induites (CSPi).

Et le principe se base « simplement » sur 4 protéines inclues dans les chromosomes de chacune de nos cellules !

Cette découverte est la plus importante depuis des millénaires !

Donc en prélevant un morceau de la peau, en isolant les cellules souches spécialisées, en « réactivant » l’expression en les cultivant, puis en les replaçant dans le contexte de la peau, ces cellules vont tout simplement reformer la peau !

Pour en savoir plus :

Cellule souche
Cellule souche pluripotente induite

Emission sur Arte